COP 26 : à moitié pleine, à moitié vide